Définition et traitement : myopie

La myopie est une anomalie de l’œil responsable d’un trouble de la vision lointaine. C’est également une forme d’amétropie.

La myopie : définition

Par définition, la myopie correspond à une déformation du globe oculaire qui est plus long que la norme, et qui entraîne un trouble de la réfraction dans l’œil (amétropie). Revenons sur son mécanisme.

 

Sur un œil en bonne santé, les objets observés se comportent comme des rayons lumineux, qui traversent les premières couches de l’œil (cornée, cristallin), puis se focalisent sur le plan de la rétine pour assurer une vision nette.

 

Sur un œil atteint et donc ayant une forme plus longue, l’effet de convergence est alors trop importante, et l’image projetée se retrouve finalement en avant par rapport au plan rétinien. Pour les personnes myopes, cela se traduit par un défaut visuel : les objets proches apparaissent nets, mais la vue de loin est imprécise.

Causes

Un manque de lumière naturelle, une exposition trop importante des yeux aux écrans ou à d’autres lumières artificielles, ou encore une tendance à faire des activités qui privilégient la vision de près, constituent un mode de vie qui peut favoriser le développement d’une myopie. On constate d’ailleurs qu’un quart des jeunes français entre 16 et 24 ans sont concernés.

 

Une autre cause de la pathologie peut être l’hérédité ; on parle alors de myopie congénitale, et celle-ci est en générale plus sévère.

 

Enfin, la prise de médicaments, les maladies telles que le diabète, et un traumatisme à l’œil, peuvent également donner lieu à ce problème de vision.

traitement myopie cause la myopie 75 myopie severe maladies des yeux docteur nathalie butel ophtalmologiste paris 16 ophtalmologue paris 16

Quels sont les signes de la myopie ? Symptôme

Le symptôme principal est la difficulté à voir de manière précise les objets éloignés, qui apparaissent donc flous pour les personnes atteintes. Cela peut constituer une gêne pour les activités du quotidien comme regarder la télévision, bouquiner, conduire (mauvaise visibilité des panneaux d’indication), faire du sport (notamment les sports de précision), ainsi que pour les études (difficulté à voir le tableau).

 

La vision double fait également partie des symptômes.

 

De même, cette anomalie des yeux entraîne une fatigue visuelle qui peut causer des maux de têtes en fin de journée.

 

Par contre, la vision proche n’est pas affectée.

 

Par ailleurs, les myopes présentent une tendance à plisser les yeux pour essayer d’améliorer la netteté de leur vision lointaine, ou encore un besoin de se rapprocher des objets en question pour voir plus clair.

 

En général, elle apparaît pendant l’enfance, augmente, et se stabilise vers 20-25 ans.

 

Dans des cas plus rares (myopie forte), la maladie évolue tout au long de la vie, on parle de myopie évolutive.

 

Enfin, la pathologie peut être transitoire, auquel cas le sujet constate une gêne lorsque la luminosité est faible ; on parle alors de fausse myopie.

Diagnostic

Le diagnostic s’effectue lors d’un examen ophtalmologique standard, avec différents appareils de mesure. Le degré de myopie s’exprime en Dioptries avec un signe négatif (zéro étant le cas idéal), ou encore en dixièmes (10/10 traduisant une très bonne acuité visuelle).

 

Ainsi, l’ophtalmologiste peut mesurer l’importance de la myopie :
> Entre -1 et -3 Dioptries : myopie faible (concerne 1/3 des myopes) ;
> Entre -3 et -6 Dioptries : moyenne (2/3 des myopes) ;
> Inférieur à -6 Dioptries : forte (concerne 5% des myopes).

Les myopies entre -1 et -6 Dioptries sont également appelées myopies simples ou axiales ; il s’agit des degrés de myopie les plus communs.

Ces mesures servent de base pour pouvoir ensuite traiter la pathologie.

Myopie : traitement

La myopie : correction

Pour la corriger, la solution de premier recours est la correction optique. Par exemple : le port de lunettes adaptées, avec des verres concaves, c’est-à-dire plus épais sur les bords. L’épaisseur moyenne du verre varie selon le degré de myopie du patient. Il y a d’autre part les lentilles de contact, qui nécessitent un entretien plus pointu pour ne pas augmenter les risques d’infection. Enfin, il existe des lentilles d’orthokérathologie qui se portent la nuit, et qui peuvent ralentir la croissance du trouble jusqu’à 45%.

La myopie : opération

Des méthodes chirurgicales soustractives et additives existent également pour traiter ce trouble, praticables sous certaines conditions tels qu’une myopie stabilisée et irréversible, ou encore l’absence d’autres pathologies oculaires. Le but de ces opérations est de modifier la courbure de la cornée pour rétablir une bonne focalisation de l’image sur la rétine.

 

Les méthodes pratiquées sont les suivantes :
> Chirurgie rétractive au laser (PKR ou LASIK notamment) ;
> Pose d’anneaux cornéens (méthode additive, particulièrement pour la forme faible) ;
> Pose d’implants intraoculaires (méthode additive, particulièrement en cas de myopie forte).

 

Dans tous les cas, les patients sont soumis à un suivi ophtalmologique annuel.

Prendre RDV en ligne

Prendre RDV

Chirurgie réfractive au laser

Fiche SFO

Chirurgie réfractive par implant phaque

Fiche SFO